Navigation


 Section des publications


 Retour au forum

Petite Feuille   

Marie Joseph Henry Grouès

Lydie | Publié le jeu 1 Fév - 8:58 | 811 Vues

L'abbé Pierre est né Henri Grouès en 1912 à Lyon, dans une famille aisée de négociants en soie. Mais, après un "coup de foudre avec Dieu" lors d'un pèlerinage à Rome, il souhaite entrer dans les ordres. Il fait vœu de pauvreté et est ordonné prêtre en 1938. Au début de la Seconde Guerre mondiale, il est mobilisé mais ne combat pas car il souffre d'une pleurésie. A Grenoble, où il est vicaire, il commence à accueillir des enfants juifs. En 1943, il fait passer le plus jeune frère du général de Gaulle en Suisse. Il crée et supervise des maquis dans les massifs du Vercors et de la Chartreuse. Dans la clandestinité, il se fait appeler "abbé Pierre".

Henri Grouès, sous le nom de l'abbé Pierre, s'engage dans la résistance où il aide des juifs à se cacher. Recherché par la Gestapo, il rencontre le général De Gaulle en 1943 à Alger. Après la guerre, il est élu député de Meurthe-et-Moselle de 1945 à 1951. En 1949, il fonde Emmaüs communauté de chiffonniers construisant des logements provisoires pour les "sans domicile".



Lors de l'hiver rigoureux de 1954, l'abbé Pierre lance à la radio un appel à "l'insurrection de la bonté" en faveur des sans-logis, déclenchant un vaste mouvement de solidarité. Il est également entendu par le Parlement qui, quelques semaines plus tard, décide de lancer un programme de 12 000 logements d'urgence.

L'affaire Roger Garaudy

"Dieu seul juge des intentions de chacun"


L'association d'Emmaüs s'internationalise et comprend de nombreuses communautés dans près de quarante pays. En 1988, il crée la "Fondation de l'abbé Pierre" pour le logement des défavorisés. Le Président de la République le fait Grand Officier de la Légion d'Honneur en 2001.


Le 1er février 2004, cinquante ans après son appel pour "l'insurrection de la bonté", il réitère son appel, et s'engage avec Emmaüs pour un nouveau "Manifeste contre la pauvreté" dans un pays où il y a cinq millions d'exclus, dont un million d'enfants.


Toute sa vie durant, avec son franc-parler qui tranche avec le langage policé des autorités catholiques, l'abbé Pierre mène une croisade pour défendre les plus pauvres. Dans son recueil de méditation, "Mon Dieu... pourquoi?" (Plon, 2005), l'abbé Pierre affiche des positions relatives au célibat des prêtres, à l'ordination des femmes et à l'homosexualité, à l'opposé de celles du pape Benoît XVI.


Quelques oeuvres :

À propos de l'auteur